Journée Mondiale de la Faune Sauvage 2018
Grands félins : prédateurs sous la menace.

“Les grands félins figurent parmi les animaux les plus reconnus et admirés à travers le monde. Cependant, aujourd'hui, ces prédateurs charismatiques sont confrontés à des menaces nombreuses et variées, qui sont principalement causées par les activités humaines. Dans l'ensemble, leurs populations diminuent à un rythme inquiétant en raison de la perte d'habitat et de proies, de conflits avec les populations humaines, du braconnage et du commerce illicite. Par exemple, les populations de tigres ont chuté de 95% au cours des 100 dernières années et les populations de lions d'Afrique ont chuté de 40% en seulement 20 ans. Mais une série de mesures sont en cours pour arrêter ce déclin.

Dans une tentative de toucher un public aussi large que possible, la définition des grands félins a été élargie et comprend non seulement le lion, le tigre, le léopard et le jaguar - les 4 plus grands chats sauvages rugissants - mais aussi le guépard, le léopard des neiges, le puma, et la panthère nébuleuse.

On trouve des espèces de grands félins en Afrique, en Asie et en Amérique du Nord, du Centre et du Sud, représentant une distribution quasi mondiale, et des représentations de grands félins sont utilisés dans le monde entier. Pensez aux marques et emblèmes de voitures, de clubs sportifs et de l'industrie de la mode.

Au cours du siècle dernier, nous avons perdu de grands félins, les prédateurs les plus majestueux de la planète, à un rythme alarmant. La Journée mondiale de la faune sauvage 2018 nous donne l'opportunité de sensibiliser le public quant à leur sort et de consolider le soutien aux nombreuses actions mondiales et nationales en cours pour sauver ces espèces emblématiques. Grâce à la Journée mondiale de la faune sauvage, les grands félins susciteront chez nous le niveau d'attention qu'ils méritent tous pour qu'on puisse être sûr qu'ils seront parmi nous pour les générations à venir...”

Participez à la discussion sur twitter @WildlifeDay

Photo (c) N.J. Bastiaensen (nielsbastiaensen.com) 2014 (bas) 2017 (haut)

Connaissez-vous la différence ?

  • EN CAPTIVITE

    ANIMAL DE COMPAGNIE OU D'ELEVAGE


    désigne un animal appartenant à une espèce domestiquée vivant sous surveillance ou sous contrôle direct par l'homme.


    ANIMAL SAUVAGE CAPTIF


    désigne un animal dont le phénotype n'a pas été significativement modifié par sélection artificielle mais qui vit en captivité ou sous une autre forme de surveillance ou de contrôle direct par l'homme (y compris les animaux détenus dans des parcs zoologiques et les animaux de compagnie).


  • EN LIBERTE

    ANIMAL FERAL


    désigne un animal appartenant à une espèce domestiquée ne vivant plus sous surveillance ni sous contrôle direct par l'homme.


    ANIMAL SAUVAGE


    désigne un animal dont le phénotype n'a été modifié par aucune sélection artificielle et qui vit indépendamment de toute surveillance ou de tout contrôle direct par l'homme.




  • Photos (c) A. Daamen (haut gauche), S. O'Rourke (bas gauche), BlogSpot (haut droite), V. Brown (bas droite)

Portails maladies OIE

Groupe de travail de l'OIE sur la faune sauvage


Groupe de Travail de l'OIE sur la Faune Sauvage (portail) Créé en 1994, ce Groupe de travail informe et conseille l'OIE sur tous les problèmes sanitaires liés aux animaux sauvages, qu'ils vivent en liberté ou en captivité. Il a préparé des recommandations et supervisé de nombreuses publications scientifiques sur la surveillance et la prophylaxie des principales maladies spécifiques des animaux sauvages. Ce groupe de travail comprend des scientifiques reconnus mondialement pour leurs connaissances dans leurs disciplines respectives.


Photo (c) S. Muset (2012)

WAHIS


Système mondial d’informations zoo-sanitaires de l’OIE (portail) Plusieurs maladies animales de la liste de l'OIE affectent non seulement les espèces animales domestiquées (p.ex. des ruminants d'élevage, comme les bovins), mais également des espèces sauvages (p.ex. des ruminants sauvages, comme le buffle Africain). Lorsqu'une telle maladie de la liste de l'OIE survient dans un individu ou une population d'espèce sauvage, les services vétérinaires en informent l'OIE qui relie l'information à travers son Système mondial d'informations zoo-sanitaires, dénommé WAHIS. Ainsi, au cours de 2016 et 2017, les maladies (de la liste OIE) suivantes ont été rapportés chez la faune sauvage :

13 oct. 2017 Namibie : Fièvre charbonneuse (hippopotame)
22 sep. 2017 Tanzanie : Fièvre charbonneuse (hippopotame)
24 jui. 2017 Afrique du Sud : Influenza aviaire (oiseaux sauvages)
14 fév. 2017 Cameroun : Influenza aviaire (oiseaux sauvages)
15 jan. 2017 Ouganda : Influenza aviaire (oiseaux sauvages)
02 nov. 2016 Zambie : Fièvre charbonneuse (hippopotame)
03 fév. 2016 Botswana : Fièvre charbonneuse (éléphant)

WAHIS Wild


Système mondial de suivi des maladies des animaux sauvages de l’OIE (portail) Les maladies de la faune sauvage peuvent avoir des répercussions graves sur la santé des animaux d’élevage comme sur la santé publique et peuvent compromettre la préservation des espèces sauvages. La surveillance des maladies des animaux sauvages doit être considérée comme tout aussi importante que celle des animaux domestiques. L’OIE qui a joué le rôle de précurseur en reconnaissant l’importance d’une bonne connaissance de la situation sanitaire des animaux sauvages centralise depuis 1993 des informations mondiales sur les maladies de la faune sauvage. Des améliorations majeures ont été introduites depuis 2008 pour collecter des données quantitatives et qualitatives sur les animaux sauvages auprès des Pays Membres de l’Organisation. Le type de données recueillies a été harmonisé avec les informations centralisées dans le Système mondial d’information zoosanitaire, WAHIS, ce système ayant par ailleurs évolué pour mieux répondre à la situation sanitaire des animaux sauvages pour les maladies listées par l’OIE. Afin d’améliorer l’efficacité et l’efficience de la collecte des données, une nouvelle section a été ajoutée à WAHIS à partir de 2013 permettant de notifier les maladies spécifiques aux animaux sauvages, en remplacement du questionnaire Excel utilisé par l’OIE depuis 1993 pour recueillir des informations sanitaires sur la faune sauvage.

Centres Collaborateurs de l’OIE avec une spécialisation en faune

Recherche, diagnostic et surveillance des agents pathogènes de la faune sauvage


National Wildlife Health Center
US Geological Survey
US Department of Interior
6006 Schroeder Road, Madison, Wisconsin, WI 53711
ETATS UNIS D'AMERIQUE
+1-608 270.24.01 | jsleeman@usgs.gov
www.nwhc.usgs.gov

Ce centre multinational inclut la participation de l’institution suivante:


Canadian Cooperative Wildlife Health Centre
Western College of Veterinary Medicine
University of Saskatchewan
52 Campus Drive, Saskatoon S7N 5B4
CANADA
+1-(306) 371-7177 | www.cwhc-rcsf.ca
national@cwhc-rcsf.ca | cstephen@cwhc-rcsf.ca

Formation en gestion sanitaire de l’interface des animaux domestiques et animaux sauvages


Department of Veterinary Tropical Diseases
Faculty of Veterinary Science
University of Pretoria, Private Bag X04, Onderstepoort 0110
AFRIQUE DU SUD
+27-12 529.84.26 | fax: +27-12 529.83.12
anita.michel@up.ac.za

Chapitres du Code Sanitaire des Animaux Terrestres de l’OIE (2017) traitant (entièrement ou en partie) de la faune sauvage

Volume I

Glossaire
TITRE 1. DIAGNOSTIC, SURVEILLANCE ET NOTIFICATION DES MALADIES ANIMALES
Chapitre 1.1. Notification de maladies, d’infections et d’infestations, et communication d’informations épidémiologiques
Chapitre 1.2. Critères d’inclusion d’une maladie, infection ou infestation dans la liste de l’OIE
Chapitre 1.3. Maladies, infections et infestations listées par l’OIE
Chapitre 1.4. Surveillance de la santé animale
Chapitre 1.6. Procédures d’auto-déclaration et de reconnaissance officielle prévues par l’OIE
TITRE 3. QUALITÉ DES SERVICES VÉTÉRINAIRES
Chapitre 3.2. Évaluation des Services vétérinaires
TITRE 4. RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES: PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES MALADIES
Chapitre 4.3. Zonage et compartimentation
Chapitre 4.4. Application de la compartimentation
Chapitre 4.12. Élimination des cadavres d’animaux
TITRE 5. MESURES COMMERCIALES, PROCÉDURES D'IMPORTATION ET D'EXPORTATION ET CERTIFICATION VÉTÉRINAIRE
Chapitre 5.10. Modèles de certificats vétérinaires relatifs au commerce international d’animaux vivants, d’œufs à couver et de produits d’origine animale
TITRE 6. SANTÉ PUBLIQUE VÉTÉRINAIRE
Chapitre 6.5. Prévention, détection et maîtrise des infections par les salmonelles dans les élevages de volailles
Chapitre 6.10. Analyse des risques d’antibiorésistance résultant de l’utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux
Chapitre 6.11. Zoonoses transmissibles par les primates non humains
TITRE 7. BIEN-ÊTRE ANIMAL
Chapitre 7.7. Le contrôle des populations de chiens errants  

Volume II

TITRE 8. MALADIES COMMUNES À PLUSIEURS ESPÈCES
Chapitre 8.1. Fièvre charbonneuse
Chapitre 8.2. Infection par le virus de la maladie d'Aujeszky
Chapitre 8.4. Infection à  Brucella abortus,  B. melitensis  et  B. suis
Chapitre 8.5. Infection à  Echinococcus granulosus
Chapitre 8.6. Infection à  Echinococcus multilocularis
Chapitre 8.7. Infection par le virus de la maladie hémorragique épizootique
Chapitre 8.8. Infection par le virus de la fièvre aphteuse
Chapitre 8.9. Cowdriose
Chapitre 8.11. Myiase à  Cochliomyia hominivorax  et myiase à  Chrysomya bezziana
Chapitre 8.13. Infection par le virus rabique
Chapitre 8.15. Infection par le virus de la peste bovine
Chapitre 8.16. Infection à  Trichinella  spp.
TITRE 9. APIDAE
Chapitre 9.1. Infestation des abeilles mellifères par  Acarapis woodi
Chapitre 9.2. Infection des abeilles mellifères à  Paenibacillus larvae  (Loque américaine)
Chapitre 9.3. Infection des abeilles mellifères à  Melissococcus plutonius  (Loque européenne)
Chapitre 9.5. Infestation des abeilles mellifères à  Tropilaelaps  spp.
Chapitre 9.6. Infestation des abeilles mellifères à  Varroa  spp. (Varroose)
TITRE 10. AVES
Chapitre 10.4. Infection par les virus de l'influenza aviaire
Chapitre 10.9. Infection par le virus de la maladie de Newcastle
TITRE 11. BOVIDAE
Chapitre 11.5. Tuberculose bovine
Chapitre 11.6. Tuberculose bovine des cervidés d'élevage
Chapitre 11.11. Dermatose nodulaire contagieuse (due au virus du groupe III, type Neethling)
TITRE 12. EQUIDAE
Chapitre 12.1. Infection par le virus de la peste équine
Chapitre 12.6. Infection par le virus de la grippe équine
Chapitre 12.11. Encéphalomyélite équine vénézuélienne
TITRE 13. LEPORIDAE
Chapitre 13.1. Myxomatose
Chapitre 13.2. Maladie hémorragique du lapin
TITRE 14. CAPRINAE
Chapitre 14.3. Pleuropneumonie contagieuse caprine
Chapitre 14.7. Infection par le virus de la peste des petits ruminants
TITRE 15. SUIDAE
Chapitre 15.1. Peste porcine africaine
Chapitre 15.2. Infection par le virus de la peste porcine classique

Programme de formation des points focaux de l'OIE pour la faune sauvage (en Afrique)

Photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2016

Ebola et la santé animale

L’OIE a reçu une subvention de l'Union européenne pour un projet de cinq ans (2017-2021) sur le "Renforcement des capacités et de la surveillance pour la maladie à Virus Ebola" (EBO-SURSY). Afin de mettre en œuvre ce projet, l'OIE s'est associé avec le Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l'Institut Pasteur (IP).


Le projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration des capacités nationales et régionales des systèmes de détection précoce dans la faune sauvage en Afrique de l’Ouest et Centrale en utilisant une approche "une seule santé" multisectorielle pour mieux anticiper, différencier et prévenir l’apparition de nouveaux épisodes de maladie à virus Ebola ou d’autres agents pathogènes zoonotiques à travers trois différentes approches :
1 : Renforcer les capacités institutionnelles et "une seule santé" à travers l’enseignement et la formation
2 : Contribuer à sensibiliser les communautés sur les maladies zoonotiques ;
3 : Renforcer les protocoles de surveillance des maladies zoonotiques au moyen d'enquêtes de terrain et de meilleurs tests de diagnostic

Ce que vous devez savoir sur Ebola et la santé animale (en Anglais)

Publications importantes de l’OIE sur la faune sauvage





Appréciation du risque sanitaire par rapport aux translocations d’animaux sauvages (en Anglais)

Partenariats et Accords

Partenariats

CPW Partenariat Collaboratif sur la Gestion Durable de la Faune

Fiche d’information 3: gestion durable de la faune et santé animale

(En Anglais exclusivement) Les interactions entre la faune et les espèces d'élevage peuvent entraîner une transmission bidirectionnelle des maladies, une concurrence pour les ressources et une prédation directe. Une approche de gestion intégrée est essentielle, compte tenu notamment de la croissance actuelle de la population humaine et de l'intensification de l'agriculture. Cette fiche d'information traite de la santé de la faune et de la santé des animaux domestiques, ainsi que du rôle clé de la gestion durable de la faune dans ce domaine.

Photo (c) F. Diaz (oie) 2016

Accords de coopération entre l'OIE et des organisations intergouvernementales et d'autres organisations internationales non gouvernementales dans le domaine de la faune


Accord avec le Conseil international de la chasse et de la conservation du gibier   (CIC)

Protocole d'accord entre l'OIE et l’Union Internationale pour la
Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles
  (UICN)

Accord avec Le Secrétariat de la Convention sur le Commerce international des
espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)

Liens aux organisations intergouvernementales et d'autres organisations internationales non gouvernementales dans le domaine de la faune

CIC | CITES | DVTD (UP) | FAO (CPW) | FAO (faune) | Journée Mondiale | IUCN | NWHC(USGS)UA-BIRA (faune)

 

Conférences Internationales de l’OIE sur la faune sauvage


Conférence Mondiale de l’OIE « Santé des animaux et biodiversité – Préparer l’avenir » Paris (France) 23-25 février 2011

Recommandations ((cliquez sur « Français » dans le document)