Mars 2019 Les pays africains résolus à accorder plus d'attention au rôle et à la reconnaissance des para-professionnels vétérinaires dans la réalisation des ambitions nationales, régionales et mondiales en matière de santé et de bien-être des animaux  
     
 
 
 
 
   
 

Hammamet, 1 mars 2019. Vendredi, le rideau est tombé sur la 23ème Conférence de la Commission Régionale de l’OIE pour l'Afrique, qui s'est tenue à Hammamet, en Tunisie, du 25 février au 1er mars 2018.

La Conférence, à laquelle ont assisté environ 150 participants (40 pays africains représentés), était présidée par le Dr Malek Zrelli, Délégué de l'OIE pour la Tunisie, par la Docteure Monique Eloit, Directrice générale de l'OIE, le Dr Mark Schipp, Délégué de l'OIE pour l'Australie et Président de l’Assemblée Mondiale des Délégués, le Dr Karim Tounkara, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique, et le Dr Honoré Nlemba Mabela, Délégué de l’OIE pour la République Démocratique du Congo et Président de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique.

La réunion inaugurale s'est tenue dans la salle de conférence de l'hôtel Diar Lemdina à Yasmine, dans la banlieue de Hammamet, en présence du Ministre tunisien de l'Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, S.E. Samir Taïeb, ainsi que Ministre algérien de l'Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, S.E. Abdelkader Bouazghi et le Ministre libyen de l'Agriculture, des Ressources Animales et Marines de la Libye, S.E. Aboubakr Mansouri qui ont tous prononcé un discours de bienvenue.

Dans son discours, le Ministre Tunisien a rappelé le rôle crucial de l'OIE dans l'amélioration et le soutien des activités de santé animale dans ses pays membres et a souligné l'importance des questions liées à l'agriculture et à la santé animale pour la Tunisie, ainsi que les nouveaux défis qui se posent à la Tunisie. la région de l’Afrique du Nord, comme le changement climatique. Il a déclaré que la prévention des maladies animales transfrontalières passait par le développement d'une approche régionale dans la région du Maghreb et par la coopération internationale en vue de la propagation rapide des maladies et de leur impact sur la production animale et agricole, y compris les risques pour la santé humaine. Il a également évoqué l'élaboration de la stratégie pour les Services vétérinaires à l'horizon 2030 ainsi que les activités en cours visant à éradiquer la PPR et à contrôler une menace sérieuse pour le pays, comme la rage. Il a enfin annoncé la candidature du Centre National de Veille Zoosanitaire(CNVZ) en tant que Centre Collaborateur de l'OIE pour la formation.

Le Ministère Algérien, dans son discours, a évoqué le rôle important de l'OIE et a réaffirmé le soutien de l'Algérie aux activités promues par celle-ci pour améliorer la santé et le bien-être des animaux. Il a également brièvement évoqué les épidémies actuelles de PPR et de fièvre aphteuse en Algérie et les mesures de santé animale mises en œuvre pour enrayer la propagation des maladies, en particulier les campagnes de vaccination.

Le Ministère Libyen a souligné le potentiel énorme de l'agriculture et de la production animale dans le pays, mais a également évoqué les difficultés auxquelles le pays est confronté. Toutefois, il a indiqué qu'un mandat stratégique lui permettrait d'élaborer des activités visant à améliorer la santé et la production animales en Libye en tenant compte des outils et de l'assistance de l'OIE susceptibles de soutenir une telle stratégie.

La présence du Vice-Ministre de l’Elevage et des Pêches de la Tanzanie, S.E. Ulega Abdallah Hamis, a été reconnue.

La Directrice générale de l’OIE, Dre Monique Eloit, dans son allocation, a remercié le Gouvernement Tunisien d'avoir accueilli la 23e Conférence de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique, qui reste un événement institutionnel important pour le continent africain. Elle a souligné les défis auxquels les services vétérinaires d'Afrique et du monde font face pour lutter contre des maladies telles que la fièvre aphteuse, la PPR et la peste porcine africaine (PPA), tout en rappelant l'importance de poursuivre les efforts et d'aller de l'avant afin d'obtenir des pays et des zones exemptes de ces maladies. Elle a souligné que le continent africain souffrait d'un manque de ressources humaines au sein des services de santé animale et a donc appelé les pays - par le biais de la voix des Délégués et Déléguées de l'OIE - et les bailleurs, à améliorer cette situation, car il est essentiel de mieux contrôler maladies. La Directrice générale a souligné le rôle de l'outil PVS et a encouragé les Délégués de l'OIE à tirer parti des résultats de ces rapports pour sensibiliser leur hiérarchie et d'autres ministres concernés (par exemple, finances) à l'amélioration de la bonne gouvernance des Services Vétérinaires dans leurs pays respectifs.

Le Professeur Ahmed El-Sawalhy, Directeur de l'UA-BIRA, le Dr. Mark Schipp, Délégué de l'OIE de l’Australie, Président du Conseil de l'OIE et de l'Assemblée Mondiale des Délégués de l'OIE depuis mai 2018, le Dr. Karim Tounkara, Représentant régional de l’OIE pour l’Afrique et la Dre Monique Eloit, Directrice générale de l’OIE ont ensuite prononcé des discours d'ouverture.

Photo de groupe. Cliquez sur la photo pour la télécharger en grand format

Les 39 pays africains représentés à la conférence étaient l’Afrique du Sud, l'Algérie, l'Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Cameroun, les Comores, la Côte d'Ivoire, l’Égypte, l’Érythrée, eSwatini (Swaziland), l’Éthiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, la Guinée Equatoriale, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, Libye, Mali, Mauritanie, Maroc, Mozambique, Namibie, Niger, Nigéria l’Ouganda, la République Centrafricaine (RCA), la République Démocratique du Congo (RDC), la République du Congo, le Soudan du Sud, la Tanzanie, le Tchad, le Zimbabwe et le pays hôte, la Tunisie.

En outre, plusieurs organisations internationales et régionales, organismes donateurs et autres observateurs ont participé à la conférence:

Ont également participé à la réunion des membres distingués de divers organes de décision et de conseil scientifique de l'OIE, tels que Emmanuel Couacy - Hymann (Président de la Commission des Normes Biologiques de l'OIE) et Johan Oosthuizen et Benson Ameda (groupe ad-hoc de l'OIE sur les PPV).

La séance d'ouverture de la première journée s'est achevée par une  présentation approfondie et commune du Président de l'OIE et de la Directrice générale de l'OIE sur l'approche globale adoptée pour l'élaboration du prochain (7e) Plan Stratégique de l'OIE (2021-2025) et des premières esquisses de priorités à explorer avec l’aide de Price Waterhouse Coopers (PWC) dans les mois à venir. Le Dr. Honoré Nlemba Mabela, Délégué de l'OIE pour la RDC et Président actuel de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique, a ensuite fait un exposé sur la contribution de la région Afrique au 6e Plan Stratégique en cours (2016 - 2020) et le développement du 7e Plan Stratégique.

L'Afrique est un continent riche en ressources naturelles et plus particulièrement en bétail car elle est dotée de près du tiers du cheptel mondial. Pourtant, aujourd’hui, en Afrique, la productivité animale stagne, la pauvreté demeure largement répandue et les importations, en forte hausse, peinent à lutter contre l’insécurité alimentaire… »  
[ Monique Eloit, Directrice-générale de l'OIE ]

L’élection du bureau de la Conférence et l’adoption de l’ordre du jour ont été suivis d’une première présentation technique de la Dre Montserrat Arroyo Kuribreña, au nom du Service de l’OIE pour l’Information et d’Analyse Zoo-Sanitaire Mondiale (WAHIAD), qui portait sur six maladies importantes qui ont touchées les pays africains au cours des deux dernières années, c.-à-d. depuis la dernière Conférence Régionale tenue en Namibie en 2017. Elle a présenté l'analyse de la situation en matière de santé animale en Afrique (2017-2018) concernant la peste des petits ruminants (PPR), de la fièvre aphteuse, de la rage, de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) et de la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) ainsi que les progrès réalisés concernant le futur système OIE-WAHIS, la dernière génération du système d'information zoo-sanitaire de l'OIE, qui sera lancé dans quelques mois.

Two Technical Items were presented during the Conference namely:

Thème technique I (avec questionnaire): Para-professionnels vétérinaires (PPV) : leur gouvernance et leur rôle dans l’amélioration de la santé et du bien-être animal en Afrique (Dr Johan Oosthuizen, Professeur titulaire, UNISA, et Président du Groupe ad-hoc de l’OIE sur les PPV).

 Thème technique II (sans questionnaire) Le Processus PVS, un outil pour plaider en faveur d’une hausse des investissements dans les Services vétérinaires en Afrique (Dr Lilian Puech, Spécialiste Principal en Elevage, Banque Mondiale).

Les deux points techniques ont été suivis de débats et d'interactions entre les intervenants, les Délégués de l'OIE et les experts techniques, qu'ils soient nationaux, régionaux ou internationaux.

Plusieurs autres questions impliquant ou affectant les pays membres de la région ont été présentées et débattues:

La session sur l’évolution du Processus PVS et ses implications pour l’Afrique a été développée comme une séquence de présentations par des cadres de l’OIE et de l’Union Africaine, suivie d’une discussion de panelistes avec les Délégués OIE de l’Afrique du Sud, du Burkina Faso, du Congo (Rép.), du Tchad et du Zimbabwe.

Par ailleurs, une session de posters a été organisée, complètant certains des thèmes abordés dans les présentations formelles lors des sessions plénières. Les posters présentés avaient été préparés par les services techniques de l’OIE, les représentations régionales de l’OIE, les centres collaborateurs et les laboratoires de référence de l’OIE, ainsi que les Pays Membres de l’OIE et portaient – entre autres – sur la grippe aviaire, la fièvre aphteuse, la peste des petits ruminants, les para-professionnels vétérinaires, le PVS, la rage, la surveillance des maladies des camelins, et de nombreux autres.

Le quatrième jour de la réunion a été consacré aux visites de terrain organisées par l'hôte tunisien. Le cinquième et dernier jour, le Dr Malek Zrelli a présenté le plan stratégique à l'horizon 2030 des services vétérinaires tunisiens, ainsi que les détails sur la candidature du Centre National de Veille Zoosanitaire (CNVZ) comme Centre Collaborateur de l’OIE, proposition soutenue par les pays-membres de la Commission Régionale Afrique.

Une session a également été consacrée à la discussion sur les réseaux de recherche vétérinaire, appelant à une implication active des services vétérinaires et à une collaboration avec les instituts de recherche en Afrique afin de définir les priorités de la recherche et d’obtenir une meilleure utilisation des résultats.

Ces résolutions et recommandations, adoptées à Hammamet, seront présentées à la prochaine Assemblée Mondiale des Délégués des 183 Pays Membres de l'OIE en mai 2019 pour approbation, puis mise en œuvre aux niveaux régional et mondial.

Le Gouvernement tunisien, habilement représenté par le Délégué de l'OIE, le Dr Malek Zrelli (Direction Générale des Services Vétérinaires), a généreusement accueilli la Conférence, avec l'appui du personnel du siège de l'OIE et des représentations régionales et sous-régionales de l'OIE en Afrique, notamment la Représentation de l'OIE pour l'Afrique du Nord, basée à Tunis.

La prochaine (24e) Conférence Régionale aura probablement lieu à Johannesbourg, en Afrique du Sud, en février 2021.

Pour plus d’informations : articles web sur les quatre dernières conférences tenues à Swakopmund (2017), Rabat (2015), Lomé (2013) et Kigali (2011)

Téléchargez les présentations (en pdf) :

Téléchargez les photos de la Conférence sur FLICKR OIE



Pour plus d’informations: A. Ripani

 

Toutes les photos © P. Bastiaensen (oie) 2019, sauf mention contraire

 
 
Flag Counter