OIE site principal
                                          

 

English












http://www.rr-africa.oie.int/
Copyright © OIE 2008
Organisation Mondiale
de la Santé Animale
Editeur Responsable:
Abdoulaye Bouna Niang

 

 

Rapport annuel de la Représentation Régionale de l'OIE pour l'Afrique

Bamako - Mali

2007

Objectif spécifique des Activités de la Représentation Régionale OIE-Afrique

L’objectif spécifique des activités de la Représentation régionale est de renforcer, à court et moyen terme, les capacités des services vétérinaires dans les domaines de l’information sur les maladies animales, la sécurité sanitaire des échanges régionaux et internationaux, le développement de ces échanges, la protection de la santé animale et de la santé publique, en vue d’une plus grande participation de l’élevage au développement économique et social, aux échanges régionaux et internationaux et à la réduction de la pauvreté.

Par ailleurs, conformément au 4 ème Plan stratégique, les Représentations régionales sont appelées à jouer un rôle actif dans le nouveau domaine stratégique qu’estle renforcement des capacités, notamment en facilitant la formation des Délégués tant concernant leur statut de représentant national lors des réunions du Comité international et d’autres organes de l’OIE que leur rôle et leurs obligations au sein de leur pays lors de la formulation des apports nationaux aux travaux de la FAO, de l’OMS, de l’OMC, de la Commission du Codex Alimentarius et d’autres instances dont les activités ont une incidence sur celles de l’OIE.

Les ressources mises à la disposition des organes régionaux de l’OIE seront renforcées en utilisant toutes les formes possibles de financement y compris les fonds fiduciaires et la mise à disposition de personnel.

Résultats attendus

  • Améliorer la qualité, la fiabilité et la régularité des informations sanitaires et faire mettre en œuvre par les services vétérinaires les normes internationales de l’OIE.
  • Améliorer les capacités techniques des Services vétérinaires notamment des Chefs des Services vétérinaires et de leurs partenaires privés.
  • Renforcer la coopération avec les Organisations régionales et sous-régionales : UA-IBAR, CEDEAO, SADC, UEMOA, CEMAC-CEBEVIRHA, UMA), pour accélérer l’harmonisation réglementaire et les échanges entre pays. 
  • Conforter le rôle de la Représentation régionale dans le choix et la coordination des politiques de santé animale, conformément aux normes internationales.

Les Activités qui doivent être menées dans le cadre des missions de la Représentation Régionale afin d’atteindre ces résultats, concernent les domaines ci-après :

1. La Transparence :

Garantir la détection précoce des maladies prioritaires et leur notification nationale et internationale ainsi que les réponses rapides aux événements sanitaires majeurs  

a) Améliorer les systèmes de surveillance et de notification nationale et internationale des maladies animales, y compris de la faune, en vue de leur renforcement et leur harmonisation au niveau régional.

b) Appuyer la réalisation de plans d’urgence nationaux et régionaux pour faire face aux événements zoosanitaires majeurs qui menacent l’Afrique à tout moment.

c) Aider les pays africains dans l’application de la procédure OIE de pays indemne de peste bovine.

2. Mise à disposition de produits biologiques appropriés destinés à lutter contre les maladies animales, et conformes aux normes internationales

a) Appuyer les laboratoires de diagnostic et de production de vaccins en les mettant en relation directe avec le réseau mondial des Laboratoires de Référence de l’OIE et en organisant des jumelages Nord-Sud et Sud-Sud.

b) Coordonner les politiques relatives à l’enregistrement (national et/ou régional) et au contrôle des vaccins, des médicaments vétérinaires et des autres facteurs de production animale présentant un risque potentiel pour la santé publique et animale (notamment pour la prévention de l’antibiorésistance) ou pour l’environnement. L’accent doit être mis sur la qualité de tous les produits biologiques utilisés en production animale en vue de progresser par étapes vers la mise en conformité des intrants utilisés en Afrique avec les prescriptions du Manuel Terrestre de l’OIE (tests de diagnostic et vaccins en priorité).

3. Mieux impliquer les Services Vétérinaires dans les discussions Internationales

a) Améliorer la connaissance de l’Accord SPS et des mécanismes de fonctionnement de l’OMC et des organisations normatives mandatées.

b)  Améliorer la connaissance du Code et du Manuel de l’OIE et des obligations qui y sont liées (transparence et transmission rapide de l’information sur les foyers de maladie, usage de tests de diagnostic et de vaccins reconnus, …).

c) Appuyer la participation des représentants nationaux chargés des questions sanitaires animales aux réunions de l’OMC, de l’OIE et de celles des Comités et de la Commission du Codex Alimentarius.

d)  Organiser des jumelages entre les Laboratoires de référence de l’OIE reconnus au niveau mondial et les laboratoires vétérinaires africains afin notamment de rendre plus présente la communauté scientifique africaine dans les procédures de préparation des normes internationales.

4. Clarifier le rôle du secteur public et du secteur privé

a) Aider à définir les fonctions et l’organisation de modèles appropriés de Services Vétérinaires publics ainsi que les infrastructures, ressources financières et ressources humaines qui leur sont nécessaires pour conduire leurs nouvelles missions, en référence progressive aux normes de l’OIE.

b) Clarifier les missions relevant du secteur public et celles relevant des réseaux de vétérinaires privés travaillant en appui aux politiques sanitaires publiques.

c) Améliorer les mécanismes de collaboration entre le service public, les vétérinaires privés et les éleveurs organisés.

d) Amplifier le rôle des éleveurs dans les actions de santé animale et leur apporter un appui conceptuel pour améliorer leur contribution aux objectifs de détection précoce et de réponse rapide aux foyers de maladies animales et de zoonoses.

5. Conforter la Représentation Régionale de l’OIE pour l’Afrique afin de Coordonner les Politiques Sanitaires des Pays Membres de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique

a) Renforcer le rôle de Coordination de la Représentation Régionale de l’OIE pour l’Afrique.

      • Recherche de financement pour la poursuite des Activités de la Représentation Régionale de l’OIE pour l’Afrique
      • Mise en réseau électronique avec les Pays Membres
      • Appui thématique permanent aux Pays Membres :
      • Organisation de programmes de formation pour la mise aux normes
      • Internationales progressive des Services vétérinaires et des laboratoires de diagnostic des Pays Membres ;
      • Organisation de jumelages et de mise en réseau des laboratoires africains avec les Laboratoires de référence de l’OIE.

b) Poursuivrel’animation du Site Web déjà opérationnel, système d’information permettant une communication permanente entre le Bureau Central de l’OIE, la Représentation Régionale, tous les Pays Membres de la Commission régionale Afrique (Services vétérinaires et laboratoires) et le réseau de laboratoires de référence et Centres collaborateurs de l’OIE.

c) Apporter toutes les informations techniques appropriées aux gouvernements et aux médias lors d’évènements épizootiques majeurs naturels ou intentionnels à impact régional ou mondial.

Les activités sont menées par :

  • l’organisation de séminaires et d’actions de « Capacity building » correspondant aux priorités du programme ;
  • les missions d'appui et les consultations techniques pour le développement permanent de nouveaux concepts sanitaires et organisationnels adaptés à l’Afrique afin de les promouvoir lors de l’élaboration des normes internationales de l’OIE et du Codex Alimentarius ;
  • les activités de coordination et d’animation de la Représentation Régionale de l’OIE ;
  • les activités de communication et de mise en réseau.

 

Résultats

Le rapport d’activités vient d’être présenté à la 17 ème Conférence Régionale de l’OIE à Asmara (Erythrée) du 26 au 1 er Mars 2007). A partir du budget alloué au Renforcement des Capacités, les activités ci-après ont été menées :

  • Transparence de l’Information Sanitaire
  • Séminaire WAHIS ( Nouveau Système d’Information Sanitaire Mondial de l’OIE) - Dakar, (Sénégal), 28 - 30 Novembre 2006

Ce séminaire animé par les Docteurs Karim Ben Jebara et Daniel Chaisemartin, était destiné aux pays francophone au Sud du Sahara.

Les pays ci-après ont participé à l’atelier : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap-Vert, Congo (Rép.Dém), Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et le Togo.

Le séminaire WAHIS, a pour objectif de vous familiariser, les points focaux, de l’information sanitaire des pays, à ce nouveau système d’information mis en place, par l’OIE dans le cadre de la modernisation de son système d’information zoosanitaire.

Aujourd’hui, les anciennes listes A et B ont été remplacées par une liste unique. Le but recherché par la mise en place d’une liste unique est de s’aligner sur les termes de l’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS) de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui considère les maladies comme des risques spécifiques et donne à toutes les maladies à notifier à l’OIE le même niveau d’importance pour les échanges commerciaux.

Ces nouvelles procédures de notification mises en place en janvier 2005, offrent une définition plus claire des événements épidémiologiques qui nécessitent une notification immédiate (système d’alerte précoce pour notifier dans les 24H l’apparition d’une maladie) 

  • Un système de suivi, afin de fournir sur une base hebdomadaire, l’évolution de la maladie ;
  • Un rapport semestriel (sur la présence ou l’absence de maladies de la liste de l’OIE)
  • Un questionnaire annuel comprenant les informations relatives à l’organisation vétérinaire, à la production animale, aux zoonoses et au bilan de la situation sanitaire de l’année  écoulée.

Aujourd’hui, tous ces efforts visant à moderniser le Système mondial d’information de l’OIE annoncent une nouvelle ère dans la diffusion de l’information zoosanitaire sur Internet, ce qui met les pays en situation régulière dans la diffusion de l’information (obligation liée à la qualité de pays membre de l’OIE).

  • Séminaire WAHIS destiné aux Pays Anglophones-Nairobi (Kenya), 19 – 21 Décembre 2006

Un séminaire destiné aux pays anglophones a eu lieu du 19 au 21 Décembre 2006 à Nairobi (Kenya) ce sont : Angola, Botswana, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Libye, Malawi, Mauritius, Mozambique, Namibie, Nigeria, Sierra Leone, Somalie, Afrique du Sud, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Uganda, Zambie et Zimbabwe.

  • Renforcement des Capacités des Services Vétérinaires Nationaux africains  

 

  • Séminaire pour les Délégués de l’OIE et les Organisations Régionales qui oeuvrent dans le domaine de la Santé Animale – Ouagadougou (Burkina Faso) - 14-16 Novembre 2006

    L’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) organise, en appui aux actions de la Représentation Régionale Afrique, une série de séminaires ayant pour objectif le renforcement des capacités des Services Vétérinaires avec comme thèmes :

    • Initiation à l’outil PVS (Performance, Vision et Stratégie),
    • Solutions pratiques pour prévenir et contrôler l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène en Afrique

Le PVS a été consacré par tous les Pays Membres et les bailleurs de fonds comme l’outil de référence pour l’évaluation des services vétérinaires et l’identification des domaines qui nécessitent des améliorations en faisant appel aux ressources nationales et/ou internationales.

Ces séminaires sont organisés dans le cadre des Communautés Economiques Régionales : (IGAD - CEDEAO - UMA – SADC - CEMAC) et s’adressent aux Délégués de l’OIE et aux Organisations régionales qui oeuvrent dans le domaine de la santé animale et consacreront le début des activités du Centre Régional de la Santé Animale (OIE-IBAR-FAO).

Le 1 er séminaire s’est déroulé du 14 au 16 Novembre 2006 à Ouagadougou (Burkina Faso) pour les Délégués OIE des pays membres de la CEDEAO ainsi que ceux de la Mauritanie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie. Il a été précédé le 13 novembre 2006, d’une journée consacrée à l’Etat d’avancement de la préparation de la 4 ème Conférence Internationale sur la Grippe Aviaire qui se déroulera à Bamako début décembre 2006.

Ce séminaire d’une durée de 3 jours s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement des capacités nationales des services vétérinaires. Il a été organisé par la Représentation régionale de l’OIE pour l’Afrique avec l’appui du Bureau central de l’OIE.

Soixante (60) participants, délégués des Pays Membres et Organisations Internationales ont participé à ce séminaire: (Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo et les Organisations Internationales : UA/IBAR, Bureau central OIE, CEDEAO, CEMAC-CEBEVIRHA, CILSS, CIRDES, ENSV, EISMV, FAO, LIPTAKO-GOURMA, PNUD, Représentation régionale de l’OIE pour l’Afrique, SCAC-ARIOPE, UEMOA, UMA, UNICEF, USDA-APHIS, USDA/USAID, WAHO/OOAS.

Le séminaire s’est déroulé dans de bonnes conditions et les participants ont montré un véritable intérêt. Leur présence permanente, la richesse de leurs échanges d’expérience et leur participation active à l’atelier PVS le confirment.

Les discussions autour de la vaccination ont montré un réel besoin d’appui technique à la définition d’une stratégie en cas de déclaration de foyer, allant au-delà des lignes directrices du Code, c'est-à-dire passant par un conseil d’experts.

Un intéressant débat, relatif à la distinction à faire entre indemnisation (remboursement après abattage sanitaire dans une logique de respect du droit de propriété et de préservation de la santé animale) et compensation (destinée à soulager les pertes économiques lors d’une crise sanitaire, procédant d’une logique de solidarité nationale voire internationale), s’est tenu.

Une certaine appréhension, à l’égard du PVS, a pu être relevée de la part des délégués. Elle s’est manifestée par de nombreuses questions et l’expression d’une appréhension très perceptible, qui a été largement atténuée à la suite des exercices qui ont amené une meilleure compréhension.

A l’issue de ce séminaire, les participants ont adopté les recommandations suivantes :

Les Participants :

  • Tenant compte du grand intérêt manifesté lors des débats riches et animés à la suite des exposés des thèmes,
  • Encouragés par les efforts du Directeur Général de l’OIE à mettre en œuvre le quatrième Plan stratégique, notamment dans les missions de renforcement des capacités des services vétérinaires, d’amélioration de la gouvernance des services vétérinaires,
  • Convaincus que les services vétérinaires sont un bien public international et que leur mise en conformité avec les normes internationales constitue une priorité en terme d’investissements publics,
  • Déterminés à améliorer les capacités des services vétérinaires dans la prévention et la riposte contre les maladies animales transfrontalières, les zoonoses et particulièrement la grippe aviaire,

Recommandent:

  1. que l’OIE appuie les démarches d’identification et de renforcement des capacités d’au moins un laboratoire de référence de l’OIE chargés du diagnostic de l’IAHP en Afrique.
  2. que l’OIE mette à la disposition des pays africains :
    1. les résultats des expériences de vaccination contre la grippe aviaire hautement pathogène obtenus dans d’autres pays,
    2. les directives minimales pour la prise de décision de la vaccination et la mise en œuvre de la biosécurité.
  3. que l’OIE encourage les pays membres à utiliser l’approche multisectorielle (santé animale, santé humaine, environnement, socio-économie,…) dans la lutte contre la grippe aviaire hautement pathogène.
  4. que l’OIE, en collaboration avec les partenaires au développement, accompagne les pays africains dans le renforcement des compétences en gestion des crises sanitaires et dans la mise en œuvre des plans d’action.
  5. Que l’OIE, par une politique de communication appropriée, éclaire les services vétérinaires sur les objectifs de l’évaluation PVS et sur l’utilisation des résultats.
  6. Que l’OIE encourage l’utilisation de l’outil PVS dans le cadre d’une auto-évaluation conduite par les évaluateurs nationaux.
  7. Que les pays membres mettent en œuvre une stratégie de communication et d’information multisectorielle avant, pendant et après la crise de l’IAHP et toute autre zoonose émergente.
  8. Que chaque pays membre applique une politique de bonne gouvernance dans le respect des normes de l’OIE (transparence, échanges d’informations épidémiologiques et d’expériences dans la gestion des cr ises antérieures…) dans la lutte contre l’IAHP.
  9. Que les Gouvernements des pays membres renforcent durablement la dotation financière des services vétérinaires, afin de les mettre à niveau par rapport aux standards de l’OIE.


Séminaires prévus pour 2007

  • 13 – 15 juin 2007 : Conférence sur la Rift Valley Fever pour les pays de la Corne de l’Afrique (IGAD) et du Moyen Orient lieu : Nairobi ou le Caire
  • Réunion Afrique Centrale

Même thème que Ouagadougou

  • Participation au Comité des Directeurs des Services Vétérinaires du SADC Lesotho 11- 16-18 Avril 2007
    • Commerce de produits animaux entre les pays de la SADC et le marché extérieur
  • Participation au Comité du Médicament Vétérinaire des pays de l’UEMOA Ouagadougou 16-18 Avril 2007

Niveau d’exécution par les Pays Membres de la CEDEAO des Textes législatifs adoptés par le Conseil des Ministres d’Abidjan , concernant l’harmonisation des textes de la Pharmacie Vétérinaire, et ceux de la Sécurité Sanitaire des Aliments dans l’espace UEMOA.

Mise en place d’un réseau de laboratoires de contrôle de qualité, en vue du renforcement de leurs capacités.

  • Conférence Africaine sur le Médicament Vétérinaire Dakar – Novembre 2007

En réponse à la recommandation sur le Médicament Vétérinaire adoptée à la 17 ème Conférence de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique à Asmara.

  • D’autres rencontres sont prévues, notamment dans le cadre de l’Accord de coopération avec les Commissions Economiques Régionales.

.

 

 

 

 


please wait, patientez...Flag Counter

       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
(c) 01.10.2008 - 23.07.2015          contactez le webmaster chez